• 2014

    « L’étanchéité du ciel est à mettre en cause dans le bouleversement du programme de la soirée du feu de la Saint-Jean ».

    C’est par ce communiqué que les organisateurs Briolais ont justifié les multiples atermoiements qui ont rythmé la soirée de Samedi. Tout avait commencé dans le respect du protocole.

    Tout d’abord, la mise en place d’une couche de sable sensée garantir le goudron d’une surchauffe fatale. Ensuite la collecte de bois infiniment plus sec que le temps de ces derniers jours. Ne pas omettre la construction du brasier en forme conique, avec de la paille et du petit bois disposé au centre.

    Tout était fin prêt lorsque le vent s’est mis de la partie. Réunis pour manger ensemble, les villageois ont du migrer vers leur camp retranché, à savoir le hangar Cambon. Judicieuse idée si l’on se réfère à ce qui a suivi : bourrasques de vent, averses impétueuses, tourbillons aériens…

    La cinquantaine de convives s’est donc installée un peu précipitamment pour manger à l’abri des éléments déchaînés. Dehors, un barbecue faisait de la résistance face à l’incontinence des cieux. Mais à l’intérieur du hangar on faisait contre mauvaise fortune bonne chère et les desserts passaient de table en table dans une orgie de délices maison qui ravissait tous les gourmands.

    L’arrivée d’un monstrueux nuage géant laissait craindre le pire. Sortis de l’orage en ayant du écarter une branche d’arbre leur barrant le passage, les téméraires musiciens tentaient d’occulter les coups de tonnerre par leurs mélodies traditionnelles.

    Sur le coup de onze heures, refusant de boire le bouillon, certains ont mis le feu au bucher qui n’a pas tardé à prendre, aidé par on ne se sait quel subterfuge. Les musiciens qui avaient suivi la troupe de païens en fête s’étaient réfugiés sous le porche de l’église.

    Et c’est alors que bravant la pluie qui s’invitait à nouveau à la fête, une ronde humaine encercla le feu, dans une joyeuse sarabande dansée. Trempés mais ravis de la tournure des évènements, la poignée de réfractaires à un coucher prématuré ont terminé la soirée par un concert intimiste à l’intérieur de l’église.

    Finalement, les éléments déchaînés n’auront pas entièrement mis à mal l’exercice traditionnel mais aidés à écrire une nouvelle page pour le moins originale, de cette épopée villageoise incandescente.

     

    Les feux de la St Jean

    Les feux de la St JeanLes feux de la St JeanLes feux de la St JeanLes feux de la St Jean

     

     

     

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :