• Conférence

     

    CONFÉRENCE SUR LA FIN DE VIE PAR LE DOCTEUR BERNARD SENET

    MERCREDI 1ER  AVRIL SALLE DES FETES DE MONTLAUR

      

     

    Dernier sujet abordé (A construire)Dernier sujet abordé (A construire)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Docteur Bernard Senet

     

     

     

     

    Bien que n'étant pas résolument inscrite dans l'ADN de l'association, l'organisation d'une conférence a été mise sur pied grâce à une opportunité attrapée au vol.

    La venue du docteur Sénet dans la région a eu un certain retentissement puisque après son passage à Millau, soixante dix personnes se sont déplacées à la salle des fêtes de Montlaur pour tacher d’appréhender le plus clairement possible la difficile problématique de la fin de vie. Grâce à son expérience et à son engagement louable de soulager les ultimes souffrances, l'ancien praticien du Vaucluse a tenté de donner quelques clés, nécessaires à toute incursion dans un domaine qui reste encore souvent tabou.

    Le médecin a tout d'abord lu quelques lettres, témoignages émouvants de proches de personnes qui ont bénéficié à leur demande d'une mort anticipée.

    Puis, il a fait partager à l'assistance un cas douloureux qu'il a du affronter alors qu'il était médecin généraliste.

    Ensuite, il a présenté la problématique sous un aspect législatif en évoquant les lois kouchner et surtout Léonetti, relatives aux droits des patients en fin de vie. En faisant un parallèle avec d'autres pays, notamment les pays nordiques ou la Suisse, il a stigmatisé le retard de la France, qui a l'instar des pays latins, manque de clarté dans le domaine de la mort assistée.

    Bernard Sénet a aussi fait un état des lieux sans concession des soins palliatifs en France et notamment dans notre région où ils sont pratiquement inexistants malgré la prochaine installation de dix lits à Rodez. Les directives anticipées ont ensuite été évoquées avec la façon la plus appropriée de les remplir et de les confier ensuite à une personne de confiance qui ne soit pas forcément la plus proche affectivement.

    La conférence s'est ensuite poursuivie par une série de questions réponses qui a révélé un auditoire plutôt bien informé. Les débats ont été prolongés jusqu'à 17 heures autour d'un café gourmand, ce qui témoigne du vif intérêt que le sujet a suscité.

    Signalons que cette conférence a eu lieu grâce à l'implication de l'antenne Saint-Affricaine de L'association pour le Droit de Mourir dans la Dignité, à savoir Mesdames Christiane Lalès et Andrée Gutierrez avec l'appui local de l'association « les iousses ».