• les ateliers de la Calade

    ATELIERS OUVERTS A TOUS DANS LE CADRE DU FESTIVAL

  • Samedi après-midi, deux ateliers ont investi la salle des fêtes de Montlaur. Clément Assémian, le danseur Ivoirien, a tout d'abord entraîné dans son giron une quarantaine de personnes de tous âges. Sa décontraction, sa gentillesse et sa propension à s'intéresser à tout le monde sans considération de niveau, ont séduit les participants à l'atelier. Grâce à une belle énergie déployée par tous, ce moment a permis un apprentissage de la danse africaine traditionnelle dans tout ce qu'elle a de spectaculaire et de festif. A la suite de cela, le percussionniste Toni Voli doté d'une maestria et d'une virtuosité remarquable  a pris le relais pour initier les uns et perfectionner les autres dans l'art des percussions africaines. Le son endiablé des djembés a empli la salle des fêtes de rythmes effrénés qui ont ravi là aussi les participants. En fin d'après-midi avait lieu sous le hangar Cambon le troisième atelier de la journée. Animé par la modiste Ziote, il a permis la création de chapeaux grâce à des matériaux de récupération. Les couvre-chefs, du plus bel effet ont coiffé de nombreuses têtes sans prise de tête excessive.

     

    20152015

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Trois ateliers au programme cette année. Les deux prévus le samedi le sont dans le domaine musical. Benoît Poujade, alias "Tioneb" a accepté d'animer un moment de découverte du "beat-box" en préambule de son show du soir. La salle de la sacristie se remplit donc de sons étranges et inventifs pour une quinzaine de jeunes et d'ados. Le musicien landais Jean-Mario Bourille anime quant à lui un atelier de percussions corporelles et instrumentales sur la terrasse "Jugla". Le lendemain, l'artiste textile Christine Fayon, une fidèle du festival propose sous le hangar un atelier collage textile et multi matériaux. Là encore, on doit refuser des participants et les petites mains découpent, collent, assemblent afin de réaliser une production personnelle colorée.

     

    20142014

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    2014

     

     

     

     

     

     

     

    2014

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • La volonté d'intégrer un public familial dans le festival a bien sûr débouché sur une programmation artistique éclectique mais aussi sur la création d'ateliers "tout public". Un atelier terre a donc été le premier de la liste. Pour l'animer, l'association a fait appel à Sylvie Gravellard, céramiste installée à Saint-Maurice de Sorgue. Également artiste, la céramiste est une spécialiste de "raku", technique ancestrale d'émaillage avec enfumage, développée au Japon. Elle anime depuis longtemps de nombreux stages et intervient aussi dans les écoles. L'atelier a lieu dans un barnum dans la cadre bucolique de la cour du château. Un prix modique de deux euros a été demandé et les inscriptions, au nombre de quarante quatre ont exigé de mettre en place deux sessions dans l'après midi. L'atelier a permis de façonner un cône de jardin puis de le décorer à l'aide d'ocres divers. Plus tard les cônes ont été cuits dans le four de la céramiste et restituées à leur créateurs. Un bilan très satisfaisant pour cette première édition qui a permis à chaque participant d'appréhender le travail de modelage d'argile, guidé par une professionnelle dans une ambiance amicale.

     

    20132013

    2013

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique