• Les préparatifs de la Calade...

     

     

     

     

     

     

    De 7 à 77 ans, venez participer aux ateliers de la Calade....

    La logistique s'améliore comme la décoration de ce festival, ainsi, d'une année sur l'autre, la fête n'en sera que plus belle !

     

     

     

    NIVELLEMENT DE L'ESPACE FESTIVAL 30JANVIER2016

    Une petite équipe de bénévoles se sont retrouvés dans le but d'aplanir la fosse du festival. En effet, le sol à cet endroit, connaissait de grosses irrégularités, ce qui était pénible autant pour le public que pour la mise en place du bar et des autres installations. Dans ce premier temps quelques tonnes de pierre ont été extraites grâce au passage d'engin agricoles qui ont permis le ratissage alors que le ramassage s'est fait manuellement. Il faut rappeler qu'à cet endroit s'élevait, jusqu'au début de ce siècle, une bergerie surmontée d'une grange et qui s'est écroulée un beau matin dans un grand fracas. Il ne reste plus désormais qu'à attendre que l'herbe pousse pour profiter de cette nouvelle planéité qui va concourir au confort des festivaliers.
     

     

     

    En coulisses, tous les préparatifs de la Calade...

    En coulisses, tous les préparatifs de la Calade...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    "ENJOLIVEURS ENJOLIVES" AVEC CHRISTINE FAYON 12 avril 2015

    Christine Fayon, artiste textile et plasticienne intervient dans de nombreux festivals d'art singulier et d'art textile à travers toute la France. Voyageuse infatigable, passionnée par l'Asie ou elle puise une partie de sa foisonnante inspiration, Christine évolue dans un réseau d'artistes très dense ou les échanges servent d’intarissable carburant au moteur infatigable de la création. Ateliers, travail dans les écoles, animations pour les associations lui permettent de se confronter à un public ébloui par la débauche de couleurs et la variété de propositions qu'elle véhicule dans son sillage. Pour le plus grand bonheur de l'association, elle apprécie Briols où elle a nourri de solides amitiés trentenaires et fréquente le festival depuis sa création soit en tant qu'artiste exposante mais aussi en tant que festivalière gourmande. Cette année, elle a donc généreusement proposé de mener un atelier de customisation d'enjoliveurs. Symbole même de la société de consommation, ce banal objet de plastique que l'on voit souvent gésir au bord des routes, avait peu de chances d'intéresser des artistes. Manifestement, c'était une erreur de penser cela car après une reprise en mains haute en couleurs et en collages de toutes sortes, le plus souvent brillants, le cambouis rebutant a cédé la place à de petites merveilles de motifs tous différents et tous délicatement mis en valeur par les mains créatrices des participants à l'atelier. En guidant, conseillant, proposant, encourageant et en proposant les couleurs et merveilles issues de sa mallette, Christine a instillé une ambiance propice à la création et permis à tous, de Lili Rose 5 ans à Isabelle 85 ans, de se surpasser dans le détournement habile et délicat de leur enjoliveur respectif. Le tout dans une ambiance bon enfant et détendue mais néanmoins appliquée, ou tout le monde a réussi à se surprendre au fur et à mesure de l'avancée du travail. Chacun est reparti nourri par l'accomplissement de sa propre création et heureux d'avoir fait avec ses mains quelque chose de beau qui sublime le quotidien. Les petites graines semées par la plasticienne de Saint-Izaire ne demandent qu'à lever. A Briols elles auront trouvé un terreau fertile qui livrera ses belles fleurs au public lors de la prochaine édition du festival.

     

     

    En coulisses, tous les préparatifs de la Calade...

     

     

     

     En coulisses, tous les préparatifs de la Calade...En coulisses, tous les préparatifs de la Calade...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    FABRICATION DE DÉCORATION ET AUTRES TRAVAUX   juillet 2014

    Durant une bonne partie du mois de juillet, une équipe de bénévoles s'est souvent retrouvée le soir et une partie du week-end au hangar Cambon. Mue par un seul objectif : la préparation du festival alliée au plaisir de se retrouver. Pas d'obligation mais le désir commun de "réaliser ensemble". Chacun, avec ses possibilités, ses envies, son énergie pouvait ajouter sa pierre colorée à l'édifice festif. Les inactifs étaient aussi les bienvenus et en apportant un soutien moral indispensable et des avis détachés, ils participaient à l'avancée du projet. Ces soirées auront vu de multiples idées jaillir de cerveaux en ébullition. Certaines rationnelles tout en étant originales, d'autres judicieuses mais infaisables, d'autres encore ténues et qui allaient rester longtemps en gestation longue durée. Les plus cocasses, les plus incongrues ont suscité de franches rigolades et fabriqué des rêves. Mais n'allez pas croire pour autant que ce laboratoire n'accouchait pas régulièrement de concepts et d'idées tout à fait méritoires et débouchant sur d'authentiques réalisations. Pour cette quatrième édition du festival, nous citerons "les arbres à capsules", la décoration du plafond du hangar, les bidons bar et le fameux bar paillote abondamment arrosé. L'idée de peindre un grand arbre a été longue à s'imposer car elle nécessitait de gros moyens. Mais la ténacité de son instigateur a fini par convaincre et, ma foi, le résultat est à la hauteur de l'arbre ! Avec ses petits bouts de tissu qui volètent dans le vent, c'est désormais le seul vestige de la fête qui est resté sur place. Il fait office de "mai du maire", près du domicile du premier magistrat de la commune.

    Tous ces instants passés ensemble à fabriquer, échafauder, peindre, découper, construire, élaborer ont été aussi  prétexte à parler, rire, évoquer, imaginer, taquiner, apprécier et vivre ensemble. La fête doit aussi insuffler du lien social et en cela les rendez-vous du hangar Cambon ont atteint leur objectif.

     

    En coulisses, tous les préparatifs de la Calade...

     En coulisses, tous les préparatifs de la Calade...En coulisses, tous les préparatifs de la Calade...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En coulisses, tous les préparatifs de la Calade...

     

     

     


     

    ON A PEINT DES GALETS AVEC MICHEL JULLIARD    4 mai 2014

    Malgré son emploi du temps chargé, le peintre Michel Julliard  n'a pas oublié ses amis du village  dans lequel il a habité il y a de nombreuses années. Comme l'an dernier, il est venu mettre ses couleurs et ses pinceaux à disposition de ceux qui le souhaitaient. Avec pour objectif de peindre des galets de rivières de toutes formes. Ceux-ci en ont vu de toutes les couleurs grâce à l'imagination des apprentis décorateurs qui se sont essayé à cet exercice, inédit pour certains. Le résultat bariolé et chamarré attire immanquablement le regard attiré par ce mélange composite et versicolore. Un agréable moment partagé qui a permis à tous de se retrouver autour d'une palette polychrome. Il ne restera plus qu'à leur trouver un emplacement au mois d'août prochain, ce qui ne devrait pas poser problème.  

     

    journées "chantier" de l'année en coursjournées "chantier" de l'année en cours

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    UN ATELIER POUR ATTRAPER DES RÊVES     27 avril 2014

    Selon une croyance populaire amérindienne, le capteur de rêves est censé empêcher les mauvais rêves d'envahir le sommeil de son détenteur. Agissant comme un filtre, il conserve les belles images de la nuit et brûle les mauvaises aux premières lueurs du jour. On ne sait pas si ce processus va se réaliser chez les participants à l'atelier mais en tous cas les matériaux utilisés et les techniques apprises auront séduit et convaincu. Quelques rudiments de fabrication ont été montrés par une des adhérentes de l'association, Margot Alla et ensuite chacun a pu aller jusqu'au bout de son attrape rêve. Cerceaux entourés de tissus, ce même tissu étant entortillé sur lui même puis relié à la manière d'une toile d'araignée colorée. Les mains agiles se sont révélées expertes en la matière pendant que les commentaires allaient bon train. Le résultat est ma fois fort agréable à la vue et s'il doit sur le marché éloigner les cauchemars, les décorateurs auront fait coup double. L'an passé, accrochés à l'entrée du hangar, ils avaient tenu leur office de "chasseurs de mauvais sort" tout en accrochant avantageusement l’œil des festivaliers. Amandine Gimenez a, quant à elle expliqué la réalisation de fleurs faites à partir de serviette en papier. "Donne moi ta boue et j'en ferai de l'or" disait Baudelaire...

     

    journées "chantier" de l'année en coursjournées "chantier" de l'année en cours

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    FABRICATION DE TOILETTES SÈCHES     juillet 2013

    Lorsqu'on accueille plusieurs centaines de personnes se posent des questions de salubrité publique. Vous l'aurez compris, nous posons ici le problème des envies pressantes que tout bon organisateur se doit de gérer au mieux. Pour corser la difficulté, nous habitons dans un village dépourvu de toilettes publiques, ce qui en temps ordinaire ne pose pas problème, les piétons de passage n'étant pas légion. Depuis quelques temps, on voit apparaître dans les festivals et fêtes champêtres des toilettes sèches. D'une meilleure efficacité en terme de dispersions d'odeurs et donc de confort, elles supplantent avantageusement les armoires mobiles dans lesquelles les séjours les plus brefs sont les meilleurs. De plus elles améliorent le bilan carbone des manifestations dans lesquelles elles sont employées. Ces considérations nous ont amené à construire des toilettes sèches mobiles. Il suffit d'avoir un tracteur muni d'une fourche avant à disposition pour les déplacer. Durant une partie du mois de juillet, une équipe dirigée par deux personnes ayant une bonne connaissance du travail du bois a donc œuvré pour le soulagement de tous. L'ouvrage, pensé dans ses moindres détails et parfaitement réalisé, comprend une cabine d'aisance et un urinoir mitoyen. Ironie du sort, la porte de récupération utilisée servait déjà  comme porte de WC d'un particulier. Pour les objets aussi, il est difficile d'échapper à sa condition.

     

    Les ateliers de la Calade

     

     

    Partager via Gmail