• Tous réunis sous " l'arbre à palabres " ...

    Pour cette deuxième promenade poétique dite de "l'arbre à palabres", l’association avait convié René Gauguin, pour l’occasion arrière petit neveu du célèbre peintre, afin d'accompagner les marcheurs. Cette initiative avait été concrétisée grâce à un partenariat avec le Parc naturel régional des grands causses. Dès l'entame à proximité de l'église, un essaim d'abeille monopolise l'attention par cette belle matinée où le magnifique paysage a mis ses habits de lumière.

    Une délicieuse promenade

    Une délicieuse promenadeUne délicieuse promenade

     

     

     

    Le décor  est planté et tout laisse penser que l'on va vivre un moment plus que plaisant. Tout au long de l’itinéraire, cette impression ne sera jamais démentie. La petite troupe s'élance vers le ruisseau de Claire et au gré de diverses stations, René Gauguin explique, raconte, plaisante sur les impressionnistes, leur technique, leur matériel, à l'aide d'anecdotes bien senties. Le passage dans le petit écrin de verdure que constitue "le jardin de Robert", est un des moments importants de la promenade. Certains endroits cachés et méconnus des villageois valent bien une visite, d'autant que ce jour là, la verve de l'artiste Tarnais y a excellé.

    Une délicieuse promenade

    Une délicieuse promenadeUne délicieuse promenade

     

     

    En file indienne, les marcheurs sortent de ce petit paradis de verdure pour se diriger vers "les hortes" ou un nouvel arrêt va amener une autre livraison d’historiettes amusantes et de de plaisanteries fines. On passe la butte et voici l'aqueduc de Morturiès nettoyé et restauré au printemps où il avait été endommagé par les morsures de la crue de novembre. Là René Gauguin va prendre le temps d'installer son matériel afin de peindre sur le motif. Son chevalet déplié, il va  utiliser un fusain afin de reproduire le paysage vallonné. Mais que dessine le facétieux peintre ? Il croque un nu et l'offre à une personne de l'assistance. Auparavant, quelques clés ont été données qui permettent de mieux cerner ce qui a poussé les peintres à sortir de leur atelier pour aller "peindre sur le motif". Après cette démonstration, l'assemblée prend le temps de humer l'air léger ou se propagent de délicieux parfums floraux.

    Une délicieuse promenade

    Une délicieuse promenadeUne délicieuse promenade

     

     

     

    Puis la marche vers la dernière étape du parcours est amorcée. Un tapis vert se déroule pour la montée vers les yeuses de Mont Saint-Pierre. Miracle! sous les frondaisons composées de petites feuilles dentelées une table attend la petite troupe. Une marquisette va abreuver puis émoustiller les marcheurs qui grignotent des fantaisies apéritives fabriquées sur la colline d'en face, quel régal ! Les discussions vont bon train, la température est idéale, les regards joyeux. Un calicot du parc flotte au vent tandis qu'un peu plus loin le chapiteau de l'association abrite un buffet de spécialités locales qui va régaler tout le monde. L'exposition de photographies de quelques arbres remarquables agrémente le décor déjà magnifique. On mange, on boit, on parle, on plaisante. Le temps est doux et la vie est belle. Parce qu'ils échappent à un quotidien banal et répétitif, certains moments poétiques permettent de se sentir libres et heureux dans l'harmonie d'une nature épanouie. Ce moment fort restera longtemps ancré dans l'esprit de ceux qui y ont participé et demeurera bien placé dans le patrimoine villageois d'animations culturelles

    Une délicieuse promenade

    Une délicieuse promenadeUne délicieuse promenade

     

     

     

     

    Une délicieuse promenade

     

     

  • Pour cette deuxième promenade poétique dite de "l'arbre à palabres", l’association avait convié René Gauguin, pour l’occasion arrière petit neveu du célèbre peintre, afin d'accompagner les marcheurs.

    Cette initiative avait été concrétisée grâce à un partenariat avec le Parc naturel régional des grands causses.

    Dès l'entame à proximité de l'église, un essaim d'abeille monopolise l'attention par cette belle matinée où le magnifique paysage a mis ses habits de lumière.

     

     

     

    Une délicieuse promenade

     Une délicieuse promenadeUne délicieuse promenade

     

     

     

    Le décor  est planté et tout laisse penser que l'on va vivre un moment plus que plaisant. Tout au long de l’itinéraire, cette impression ne sera jamais démentie.

    La petite troupe s'élance vers le ruisseau de Claire et au gré de diverses stations, René Gauguin explique, raconte, plaisante sur les impressionnistes, leur technique, leur matériel, à l'aide d'anecdotes bien senties.

    Le passage dans le petit écrin de verdure que constitue "le jardin de Robert", est un des moments importants de la promenade.

    Certains endroits cachés et méconnus des villageois valent bien une visite, d'autant que ce jour là, la verve de l'artiste Tarnais y a excellé.

     

    Une délicieuse promenade

    Une délicieuse promenadeUne délicieuse promenade

     

     En file indienne, les marcheurs sortent de ce petit paradis de verdure pour se diriger vers "les hortes" ou un nouvel arrêt va amener une autre livraison d’historiettes amusantes et de de plaisanteries fines.

    On passe la butte et voici l'aqueduc de Morturiès nettoyé et restauré au printemps où il avait été endommagé par les morsures de la crue de novembre. Là René Gauguin va prendre le temps d'installer son matériel afin de peindre sur le motif.

    Son chevalet déplié, il va  utiliser un fusain afin de reproduire le paysage vallonné. Mais que dessine le facétieux peintre ?

    Il croque un nu et l'offre à une personne de l'assistance.

    Auparavant, quelques clés ont été données qui permettent de mieux cerner ce qui a poussé les peintres à sortir de leur atelier pour aller "peindre sur le motif". Après cette démonstration, l'assemblée prend le temps de humer l'air léger ou se propagent de délicieux parfums floraux.

     

    Une délicieuse promenade

    Une délicieuse promenadeUne délicieuse promenade

     Puis la marche vers la dernière étape du parcours est amorcée. Un tapis vert se déroule pour la montée vers les yeuses de Mont Saint-Pierre.

    Miracle! sous les frondaisons composées de petites feuilles dentelées une table attend la petite troupe.

    Une marquisette va abreuver puis émoustiller les marcheurs qui grignotent des fantaisies apéritives fabriquées sur la colline d'en face, quel régal !

    Les discussions vont bon train, la température est idéale, les regards joyeux. Un calicot du parc flotte au vent tandis qu'un peu plus loin le chapiteau de l'association abrite un buffet de spécialités locales qui va régaler tout le monde.

    L'exposition de photographies de quelques arbres remarquables agrémente le décor déjà magnifique. On mange, on boit, on parle, on plaisante. Le temps est doux et la vie est belle. Parce qu'ils échappent à un quotidien banal et répétitif, certains moments poétiques permettent de se sentir libres et heureux dans l'harmonie d'une nature épanouie.

    Ce moment fort restera longtemps ancré dans l'esprit de ceux qui y ont participé et demeurera bien placé dans le patrimoine villageois d'animations culturelles

     

    Une délicieuse promenade

    Une délicieuse promenadeUne délicieuse promenade

     

     

     

    Une délicieuse promenade

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • En 1990, lorsqu'il s'est agit de trouver un nom pour l'association, l'évidence a voulu qu'on utilise un nom que tous les Briolais avaient entendu un jour ou l'autre dans la bouche des anciens : Les iousses.

    Outre le nom occitan du chêne vert, ce terme désignait les restes d'un gros bosquet situé grosso modo autour des nouvelles villas.

    De beaux spécimens y croissaient jadis, avant que la route, élargie pour favoriser l'avancée du progrès, ne les mettent à mal. Cependant les plus beaux arbres , plastiquement parlant, n'étaient pas situés là mais sur une parcelle appartenant à la famille Roucayrol, au sommet d'une petite colline, à l'est du village.

    De cette endroit se dégage une impression de quiétude et de sérénité mais aussi une certaine noblesse arboricole qui incite au respect. En effet, ces trois yeuses poussent dans vingt centimètres de terre maigre et dégagent pourtant une impression remarquable de force et d'équilibre.

    C'est bien sûr pour cette raison que nous avons voulu utiliser leur image, afin d'illustrer le logo de l'association. Mais pour aller plus loin que cette utilisation iconographique, nous avons souhaité leur rendre un hommage formel.

    Et c'est ainsi qu'est née la balade poétique de juin 2013.

    Une randonnée poétique...

    Après avoir contacté l’écrivain et poète local, Yves Rouquette, nous avons élaboré ensemble le contenu de cet après-midi auquel devait également se joindre le flutiste Joël Thomas.

    En amont, sur la demande d’Yves Rouquette nous avons mis en place un atelier "peinture de galets" avec Michel Julliard, afin que ceux-ci jalonnent le parcours emprunté.

    Nous avons aussi sorti de son fouillis végétal l'aqueduc de Morturiès qui devait servir de halte aux promeneurs auditeurs.

    Le jour J malgré un contexte climatique défavorable, une trêve passagère nous a permis de maintenir la sortie prévue. Partie de Briols, la troupe de marcheurs (environ quarante personnes), a pris la direction de l'aqueduc où une première halte était prévue.

    L'écrivain a alors improvisé sur l'importance de l'eau dans nos contrées et du rapport étroit que l'homme a toujours entretenu avec cet élément indispensable à la vie.

    La flûte de Joël Thomas a ensuite ponctué la prose de l'homme de lettres.

    Une randonnée poétique...

    Une randonnée poétique...

     

     

     

     

     

     

     

     

    La petite troupe a alors continué son mini périple en file indienne. 

    Un paysage inondé par une une profusion de teintes vertes dopées par la pluviométrie abondante de ces derniers mois, sert de cadre somptueux à la marche. Arrivée près de la statue menhir, changement de décor, c'est l'ocre qui écarte le vert.

    Par endroits, le Rougier ne se laisse pas dompter par le végétal. Yves Rouquette continue son histoire, ses histoires. Celles là sont anciennes, issues des tréfonds de la vie de l'homme. Lorsque celui-ci a perçu l'importance qu'il y avait à ne pas simplement manger mais aussi à dessiner, à sculpter. Nous avons la chance d'avoir dans notre sol des témoignages primitifs de ces premiers hommes artistes. Yves Rouquette les convoque, les invite pour les relier à nous, cinq mille ans plus tard.

    Dans ce contexte, la flûte de Joël Thomas semble bien élaborée mais tellement propice à un voyage dans le temps.

    Une randonnée poétique...Une randonnée poétique...

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quelques minutes de marche suffisent pour atteindre la dernière étape de la randonnée poétique.

    Ce petit moment permet d’échanger avec son voisin de chemin ou bien de rester immergé dans les évocations littéraires ou bien encore de s'extasier de la nature installée en mode effervescent. Et puis arrivé dans ce si bel endroit, on se dit que l'on devrait y venir plus souvent, une pensée magique flotte dans l'air frais, on devine les trois yeuses heureuses d'avoir de la visite.

    La petite assemblée a besoin de prendre la mesure des lieux, d'arpenter le terrain, de toucher la belle écorce, d'évaluer d'éventuelles forces telluriques. Les enfants jouent à grimper aux arbres.

    Après cette appréhension de l'espace, on invite le poète à évoquer, à dire, à faire jaillir le verbe. Et Yves Rouquette ne s'en prive pas, il parle du monde végétal de notre pauvre condition de terrien et de l'immensité du cosmos qui nous englobe, aujourd'hui plus qu'à l'accoutumée. La parole s'éteint pour laisser un flot de sons délicats sourdre de la flûte de Joël Thomas.

    Un ange passe, plusieurs le suivent : il n'y a plus qu'à siroter la délicieuse marquisette sous ces majestueuses frondaisons.

    Une randonnée poétique...Une randonnée poétique...

     

     

     

     

     

    Une randonnée poétique...

    Partager via Gmail

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique